Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Polar : roman policier et noir
  3. > Littérature francophone

Si tu vois ma mère / Marc Villard

< / >

Les indicateurs

Si tu vois ma mère, - de édité par Cohen & Cohen le 23 février 2017,
est très apprécié par la blogosphère et en vue sur 3 sites + 1 podcast .
Tag(s) :  
Cette notice a été consultée par 178 visiteurs.

Description

Si tu vois ma mère

Dans les rues de l’Amérique, le jazz souffle la vie. La mort aussi, camouflée sur une terre sans pardon. Des polaroids surgissent : Miles Davis plante sa Lamborghini à New York, une gamine de race blanche traverse les émeutes de South Central, Billie Holyday s’éteint à Harlem, cernée par les rapaces, Monk pianote dans sa tête au cours d’un cambriolage, Chet Baker cède une trompette au fils d’un garagiste italien, Rosa Parks ne sait pas qu’un futur grand du jazz est ...assis dans son bus et Pepper fout la merde dès son retour à Los Angeles. Les 16 nouvelles rassemblées dans ce volume dressent le décor fictionnel d’une musique qui troue la tête à bon nombre de fidèles dans le monde. Ce regard porté sur l’univers du jazz reste noir mais l’empathie affleure. Et ce regard nous dit que les musiciens auront toujours raison.

ISBN 9782367490397

Wikipedia  VIAF 
Commander ce livre chez un libraire proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

4 occurrences sur le web

Actu du noir du 4 mai 2017 😃😃😃

Je ne sais pas comment on peut apprécier ce recueil quand on n’aime pas le jazz. Ce que je peux dire c’est que pour les amateurs c’est un vrai régal.

Lire sur le blog

Portrait in Jazz du 29 mars 2017

Portrait In Jazz : Marc Villard

Télécharger le podcast

Le blog de Yv du 28 mars 2017 😃😃

Si vous me lisez régulièrement, vous aurez remarqué qu’une fois de plus je parle de Marc Villard, l’écrivain qui doit avoir le plus d’entrées sur le blog. Preuve s’il en est qu’il est incontournable.

Lire sur le blog

Les lectures de l’oncle Paul du 2 mars 2017 😃😃

Un style sobre et pourtant poétique, décrivant une génération perdue, selon l’expression de Gertrude Stein.

Lire sur le blog