Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman
  3. > Littérature francophone

Reste le chagrin / Catherine Grive < / >


Les indicateurs

Reste le chagrin, de édité par JC Lattès le 1er mars 2017,
est peu apprécié par la blogosphère et en vue sur 1 site .
Tag :  
Cette notice a été consultée par 197 visiteurs.

Description

Reste le chagrin

En mai 1930, un paquebot quitte New York avec, à son bord, un groupe de mères et d’épouses qui vont se recueillir pour la première fois sur la tombe de leur fils, de leur mari.Reste le chagrin est le récit de cette traversée, le premier pèlerinage des Gold Star Mothers. Ces femmes très différentes vont devoir partager leurs souvenirs, mesurer l’impact du temps sur leur douleur. Réfléchir. Quinze ans après, il n’est plus question d’honorer, de célébrer, de déplorer, mais de comprendre.Catherine Troake est l’une de ces femmes. Son fils Alan - inspiré par la figure d’Alan Seeger, jeune poète épris de liberté - s’est engagé à dix-huit ans et est mort les premiers jours de la guerre. Catherine n’a jamais compris, jamais accepté, jamais pardonné  : à elle-même, à ce fils, à ceux qui l’ont laissé s’engager. Sa colère, sa solitude ne sont pas celles des autres femmes, elle se tient à l’écart, comme elle s’est tenue à l’écart de ceux qu’elle aimait toutes ces années, comme elle s’est tenue à l’écart de la vérité. Mais sur le bateau, dans ce huit clos, elle ne peut maintenir cette distance  : en elle quelque chose doit se briser, céder. Elle a déjà fait ce voyage New York-Cherbourg, mais c’était un autre temps et elle était une autre femme  : son fils était vivant et elle voulait lui faire découvrir Paris  : les deux traversées se superposent, les deux vies, l’amour le plus fou et la douleur.

ISBN 9782709659789

BNF  VIAF 
Commander ce livre chez un libraire proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

1 occurrence sur le web

Les chroniques de Koryfée du 15 juin 2017

Si le sujet est très intéressant, je ne me suis en revanche pas sentie touchée par cette femme, ne suis pas parvenue à entrer en résonance avec ses blessures, ses faiblesses, ses espoirs.

Lire sur le blog