kézako Bibliosurf
Bibliosurf
  1. Accueil
  2. > Genres et pays
  3. > Littératures européennes
  4. > Littérature française

Nous nous aimions

Que dit le web du roman de Kéthévane Davrichewy ?

Actualitté : Nous nous aimions est un roman qui blesse, émeut, mais surtout qui encourage à aimer plus fort, plus sincèrement – les mots avec.
Page créée le 14/07/2022 - mise à jour le 16/11/2022 à 11:27

Tableau de bord




7 occurrences sur le web



4ème de couv


Pendant des années, Kessané et sa soeur ont passé une partie de leurs étés en Géorgie, chez leurs grandsparents.
Même quand la situation politique est devenue instable, leur mère, Daredjane, tenait à ne pas les couper de son pays natal, qu’elle avait quitté pour s’installer en France avec son mari. Ainsi, tous les étés des années 1980, la même scène se reproduisait à l’aéroport de Moscou, au retour des vacances : les douanières soviétiques fouillaient les valises, menaçaient, terrorisaient les filles, ne manquant jamais de rappeler à Daredjane qu’ici, elle était soviétique, pas française, jusqu’à ce qu’enfin elles les laissent monter dans leur avion pour Paris.
Leur père, Tamaz, d’origine géorgienne lui aussi, issu de l’émigration de ses parents en 1921, les y attendait. La famille se retrouvait, reprenant le cours paisible des jours, dans leur pavillon du Vésinet.
Bien longtemps après, Daredjane contemple tristement le portrait de Tamaz. Son mari est mort depuis dix ans déjà et elle ne parvient pas à surmonter son chagrin. Dans la belle maison de Kessané en Provence, elle se sent seule, étrangère, tout est trop raffiné, trop loin d’elle et de la simplicité dans laquelle elle a élevé ses filles. Elle reproche à Kessané, devenue une brillante journaliste, de ne pas lui témoigner assez de compassion, de négliger sa soeur, d’être dure. La mort de Tamaz a fait voler en éclats l’harmonie passée, les soeurs, qui furent si proches, se sont éloignées l’une de l’autre.
Les raisons de ce désamour, Kéthévane Davrichewy va dès lors tenter de les élucider à la lumière des souvenirs heureux. Tout était si simple avant, et si romanesque : le coup de foudre de Tamaz pour Daredjane, venue se produire au théâtre des Champs-Élysées avec le Ballet de Géorgie ; la détermination de la belle danseuse à venir le rejoindre à Paris, alors qu’elle était repartie chez elle ; les vacances enchantées des filles avec leur mère dans la maison d’Abkhasie ; les premières amours de Kessané pour ce jeune Géorgien, un voisin de ses grands-parents...
Alternant passé et présent, la subtile romancière excelle à suggérer les failles, à scruter les dissonances - pourquoi Tamaz n’a-t-il jamais accompagné sa femme et ses filles en Géorgie ? - et surtout les silences :
Si on ne parlait pas de politique, encore moins devant les enfants, c’est pourtant sur fond d’exil et de guerre que s’est écrite l’histoire de cette famille apparemment si ordinaire.
Comme autant d’ondes de choc, les drames de leur pays d’origine viennent alors se mêler au drame intime que vivent ces trois femmes soudain confrontées à leur solitude. Nous nous aimions est un très beau roman sur les infinies répercussions que nous fait vivre la perte de l’enfance.

ISBN 9782848054575

Recherche associée


Carrousel