Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman
  3. > Littérature nordique

Mon chat Yugoslavia / Pajtim Statovci

< / >

Les indicateurs

Mon chat Yugoslavia, de édité par Denoël - Et d'ailleurs - le 25 janvier 2016,
est peu apprécié par la blogosphère et en vue sur 3 sites .
Lieu(x) de l'intrigue : Helsinki
Cette notice a été consultée par 70 visiteurs.

Description

Mon chat Yugoslavia
Titre original : Kissani Jusgoslavia
Traduit du finnois par Claire Saint-Germain

Dans la Yougoslavie des années 1980, en pleine campagne kosovare, une jeune fille est mariée à un garçon qu’elle connaît à peine. Emine fait de son mieux pour être une bonne épouse, mais la vie ne lui apporte qu’une série de déceptions. Elle donne naissance à quatre enfants. Lorsque la guerre éclate, la famille d’Emine décide de fuir et choisit la Finlande comme destination de l’exil. Dans ce pays froid où les étrangers sont supposés accepter avec gratitude la place qu’on leur offre dans la société, leur intégration se passe mal et le quotidien d’Emine se dégrade.
De nos jours, Bekim est étudiant à Helsinki. Il fait beaucoup d’efforts pour s’intégrer à la société finlandaise dans laquelle il a grandi, tout en essayant d’assumer son homosexualité. Un jour, il rencontre un « chat » dans un bar gay, qui va très vite dominer ses nuits et son esprit, avant de se révéler être une nouvelle déception amoureuse. Bekim décide alors de partir en voyage jusqu’à ses racines, au Kosovo, où le cruel destin de sa famille a commencé.

Mon chat Yugoslavia est un roman saisissant, loufoque et inoubliable, écrit par un petit génie de la littérature finlandaise âgé de vingt-quatre ans, qui nous emporte des contrées kosovares aux rues d’Helsinki avec une voix à nulle autre pareille.

ISBN 9782207118771

BNF  VIAF 
Commander ce livre chez un libraire proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

3 occurrences sur le web

Sur la route de Jostein du 4 février 2016

Il est parfois assez difficile de passer de la partie concrète du récit familial aux errances du jeune homme. Certains comportements et l’explication finale ne sont pas suffisamment ancrés dans l’essentiel du récit.

Lire sur le blog

Le blog de Yv du 1er février 2016

Malgré mes réserves, je reste sur une image plutôt positive de ce roman et de l’auteur qui gagnera à faire plus court, plus dense.

Lire sur le blog

En lisant en voyageant du 25 janvier 2016

L’idée de décrire une des relations de Bekim comme un chat fonctionne très bien, et donne un décalage intéressant.

Lire sur le blog