kézako Bibliosurf
Bibliosurf
  1. Accueil
  2. > Genres et pays
  3. > Littératures européennes
  4. > Littérature irlandaise

Mes fantômes et moi

Que dit le web du récit de Gabriel Byrne ?

Libération : Dans son autobiographie « Mes fantômes et moi », l’acteur de « Usual Suspects » raconte une vie ardente, malgré les abus sexuels subis adolescent et l’addiction à l’alcool.
Page créée le 14/07/2022 - mise à jour le 18/10/2022 à 19:41

Tableau de bord




6 occurrences sur le web



4ème de couv


Gabriel Byrne a grandi dans une famille modeste des faubourgs de Dublin, où il est né en 1950, l’aîné de six enfants : son père était tonnelier chez Guinness, sa mère infirmière. Enfant introverti, il a tôt trouvé refuge dans l’imaginaire, au milieu des collines qui entouraient alors la maison familiale, ou dans les salles de cinéma où l’emmenait sa grand-mère. À onze ans, il répond à l’appel de la prêtrise, se voyant déjà missionnaire.
Mais il déchante vite, notamment quand il apprend que l’équipe de foot de Birmingham, ville la plus proche du séminaire où il va tout de même passer quatre années de sa jeune vie, a été reléguée en deuxième division ? Renvoyé pour rébellion, il se retrouve, à quinze ans, dans sa ville natale, y collectionne les petits boulots, et les échecs : « Je me sentais un raté, comme plombier et comme prêtre », écrit-il. Sa passion pour le cinéma et le théâtre, où il passe l’essentiel de son temps libre, l’encourage à surmonter sa timidité et à s’engager dans une troupe d’amateurs, décision qui change sa vie.
Grâce au feuilleton Les Riordan, que le pays entier regardait toutes affaires cessantes sur l’unique chaîne de télévision, il devient vite une célébrité. Et John Boorman, qui l’a vu sur les planches à Dublin, lui propose bientôt un rôle dans Excalibur. Pourtant, son livre n’a rien de ces mémoires de star où s’enchaînent les anecdotes avantageuses.
Bien au contraire : construisant son récit de manière non linéaire, Gabriel Byrne revient sans cesse à l’enfant qu’il a été, à son attachement pour sa famille, à l’évocation des figures excentriques qu’il côtoyait dans son quartier, avouant qu’elles ont été les premières à lui donner l’amour de la scène. Et quand, dans le récit, surviennent les faits marquants de sa vie de comédien, c’est avec un humour discret mais constant qu’il les évoque :
Sa leçon d’équitation à Hyde Park, avec une Américaine jurant comme un charretier, qui se révélera être Ava Gardner ; sa cuite mémorable avec Richard Burton sur un balcon du palais Gritti à Venise, alors qu’il venait d’être défiguré lors d’un incident sur le tournage d’une série consacrée à Wagner. Il y jouait un petit rôle : « j’allais travailler avec quelques-unes des plus grandes stars du monde : Burton, Richardson, Olivier, Gielgud et Redgrave. Ou, du moins, j’allais pouvoir les regarder travailler. J’avais dix lignes à dire dans six pays différents. » Mal à l’aise avec la notoriété, au point de s’enfuir de Cannes, en 1995, au moment où tous les objectifs sont braqués sur lui lors de la projection d’Usual Suspects, Gabriel Byrne ne cache rien non plus, malgré une profonde pudeur, de ses dérives, de ses angoisses ni de son addiction à l’alcool.
Remarquable par la qualité de sa prose et la fluidité de sa construction, ce livre poignant, où l’autodérision le dispute à une véritable force poétique, est une magnifique confession sur l’ambivalence de la gloire, en même temps qu’un très bel hommage aux êtres et aux paysages familiers à qui l’on doit tout.

ISBN 9782848054551

Recherche associée


Carrousel