Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman
  3. > Littérature francophone

Les oiseaux sans tête / Hedwige Jeanmart < / >


Les indicateurs

Les oiseaux sans tête, de édité par Gallimard le 1er février 2018,
est apprécié par la blogosphère et en vue sur 3 sites .
Cette notice a été consultée par 210 visiteurs.

Description

Les oiseaux sans tête

« Blanche n’a pas dit au revoir à Daniel. Ce n’était pas grave en soi, elle savait qu’elle ne le reverrait pas, d’ailleurs elle n’en avait pas envie quand bien même elle l’aurait pu. Elle ne l’aimait pas particulièrement, il l’agaçait. Pour être tout à fait honnête, elle ne l’aimait pas tout court. Il faut dire les choses comme elles sont, c’est toujours plus facile avec le recul. Pourtant, au moment où elle le quittait sans un au revoir ni rien d’autre qui aurait pu faire l’affaire, Blanche devinait déjà que cette carence de mots aurait des séquelles. Ne disposer d’aucune formule et donc ne rien dire, c’était comme laisser une porte entrouverte, depuis ça faisait courant d’air. » Des années après avoir côtoyé Daniel Deur, un meurtrier récidiviste, Blanche, encore troublée par cette rencontre, se rend sur les lieux où il a vécu. Au fil de son enquête se révèle peu à peu la vie insignifiante d’un homme dont les crimes, dénués de mobiles, constituent la seule trace – ou presque.

ISBN 9782072762888

Wikipedia  BNF  VIAF 
Commander ce livre chez un libraire proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

3 occurrences sur le web

Fragments de lecture du 19 avril 2018 😃

L’auteur ne tente pas de l’excuser, mais s’éloigne volontairement de ses crimes pour mieux expliquer les causes originelles du comportement du criminel. Elle raconte une vie insignifiante, sans repères. Une vie gâchée.

Lire sur le blog

Libération du 13 avril 2018 😃

Hedwige Jeanmart remonte aux origines de la violence d’un héros tueur attachant.

Lire sur le blog

Le Carnet et les Instants du 19 février 2018 😃😃😃

Pour Les oiseaux sans tête, Hedwige Jeanmart corse donc le ton, triture dans ses aspérités et détails triviaux la peau rugueuse du réel.

Lire sur le blog