Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman
  3. > Littérature nord-américaine

Les inséparables / Stuart Nadler < / >


Les indicateurs

Les inséparables, de édité par Albin Michel - Les Grandes traductions - le 3 mai 2017,
est peu apprécié par la blogosphère et en vue sur 8 sites .
Tags :   -  
Cette notice a été consultée par 235 visiteurs.

Description

Les inséparables
Titre original : The inseparables
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Hélène Fournier

Après Un été à Bluepoint, son premier roman, Stuart Nadler poursuit l’exploration des liens familiaux en s’attachant à trois générations de femmes qui vivent un moment charnière de leur existence. Boston, de nos jours. Avec la mort de son mari, Henrietta Olyphant, a tout perdu. Confrontée à de sérieuses difficultés financières, elle accepte à contrecoeur que soit réédité le roman osé qu’elle a publié dans sa jeunesse : Les Inséparables. Jugé trash à l’époque, il est devenu culte mais a valu à son auteur, féministe engagée et universitaire accomplie, d’être rejetée par ses pairs. Au même moment, Oona, sa fille, brillante chirurgienne de quarante ans, débarque chez elle après avoir quitté son mari. Sans savoir que Lydia, sa propre fille âgée de quinze ans, vit un cauchemar depuis que circule une photo d’elle dénudée dans son prestigieux pensionnat... Bientôt réunies, toutes trois devront faire face à leurs désirs, à leurs contradictions et à leurs tabous. Notre famille détermine-t-elle notre destinée ? Comment devient-on femme ? Incisif, brillant et d’un humour digne de Woody Allen, un roman très contemporain dans lequel on retrouve le talent éblouissant de Stuart Nadler pour disséquer la psychologie humaine et ses complexités.

ISBN 9782226325860

Wikipedia  BNF  VIAF 
Commander ce livre chez un libraire proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

8 occurrences sur le web

Fragments de lecture du 23 juin 2017 😃

Le tour de force de ce roman psychologique vient du fait qu’il a été écrit par un homme, et qu’il est éminemment féminin dans sa dissection des émotions, dans sa psychologie des personnages et dans son rapport à l’autre, à savoir le partenaire masculin.

Lire sur le blog

Télérama du 21 juin 2017 😃😃

Se battre toujours, lever la tête encore, c’est l’unique revanche possible dans un monde qui dédaigne l’empathie. Nadler en dispose, c’est une chance.

Lire sur le blog

Café Powell du 10 juin 2017 😃

Ce récit de vie est porté par le style incroyablement dynamique et ponctué d’un humour malin, jamais lourd, qui emprunte parfois au vaudeville, de Stuart Nadle.

Lire sur le blog

Libération du 2 juin 2017 😃

Stuart Nadler imagine une lignée féminine face à l’adversité, dont une mère veuve auteur d’un célèbre livre trash.

Lire sur le blog

En lisant en voyageant du 10 mai 2017

Je m’attendais à être emportée dans une histoire plus passionnante ; c’est bien fait, quelques répliques font mouche, mais j’ai eu du mal à m’intéresser aux personnages, un comble !

Lire sur le blog

hop ! sous la couette du 7 mai 2017

Je m’attendais à retrouver un côté grinçant, incisif. C’était plutôt mièvre. J’espérais ranger le roman de Stuart Nadler sur la même tablette que La position de Meg Wolitzer, Emily de Stewart O’Nann et Leçons de conduite d’Anne Tyler.

Lire sur le blog

Les mots de la fin du 3 mai 2017 😃

Malgré quelques passages longs et digressifs, le ton volontiers cynique de l’auteur sur la société américaine et les sujets très contemporains abordés ne sont pas dénués d’intérêt...

Lire sur le blog

Les instants volés à la vie du 24 avril 2017

Stuart Nadler avec beaucoup d’ironie, nous plonge dans les travers de la société américaine, il décrit son puritanisme qui verse dans l’hypocrisie et la mauvaise fois.

Lire sur le blog