Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Polar : roman policier et noir
  3. > Littérature espagnole

Les fleurs ne saignent pas /

Facebook

Les indicateurs

✓ En vue sur 4 sites
Appéciation : 3.25/5
✓ 96 visites

Description

Les fleurs ne saignent pas

Dans la liste des crimes les plus idiots au monde, le kidnapping contre rançon de la fille d’un parrain de la mafia figurerait en deuxième ligne, juste après le cambriolage d’un commissariat de police. C’est pourtant le gros coup absurde qu’ont décidé de monter Lola, le Marquis, le Sauvage et le Ouf, une bande de petits escrocs.
Bienvenue aux Grandes Canaries, une île paradisiaque où, derrière les plages magnifiques, se livre un duel inégal entre deux mondes : les apprentis-bandits vivant de larcins contre les barons en col blanc baignant dans la corruption et la politique.
Les fleurs ne saignent pas est un roman choral superbe, rythmé, qui fait le portrait d’une culture insulaire haute en couleurs et d’une société perdue dans le naufrage du capitalisme.


Mirobole, 20 octobre 2016
Tags : - -  - 
Balade littéraire à partir de : La Orotava

ISBN 9782375610176
Recherchez ce livre dans la librairie la plus proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

4 critiques de la blogosphère

du 18 décembre 2016 😃

Il y a un peu de Ian Levison, un zeste de Westlake, dans Les fleurs ne saignent pas, le premier roman traduit en France d’Alexis Ravelo.

Lire sur le blog

du 12 décembre 2016 😃

On sait qu’il y aura des morts, et pour mal tourner, ça va mal tourner ! La belle mécanique de cette histoire se grippe : Alexis Ravelo ajoute grain de sable après grain de sable avec talent et intelligence.

Lire sur le blog

du 14 novembre 2016 😃

Au premier degré un gros plaisir de lecture, comme toute histoire d’arnaque bien menée (ce qui n’est pas si simple). En prime, la description d’une région d’Europe que l’on connaît mal (du moins au travers des polars), les Canaries.

Lire sur le blog

du 3 novembre 2016 😃😃

J’ai beaucoup aimé ce roman, de facture classique mais extrêmement bien écrit. Une mécanique digne d’une montre suisse et une humanité déglinguée à la tarentino, un excellent combo.

Lire sur le blog