Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman
  3. > Littérature nordique

Les enfants de Dimmuvík /

Facebook

Les indicateurs

✓ En vue sur 3 sites
Appéciation : 4/5
✓ 21 visites

Description

Les enfants de Dimmuvík

Le jour de l’enterrement de son frère, une vieille femme se remémore leur enfance misérable au bord d’une crique, quelque part en Islande, où l’on enterrait les mort-nés dans des champs de lave. C’était un pays maudit baigné d’une mer vide, écrasé par des montagnes aux cimes déchiquetées. Un pays aux hivers rudes où trois enfants malingres sont réduits à manger du lichen ou des chiens errants. La vieille femme se souvient de sa mère qui un jour perdit la raison et se tourna vers un mur, cessant de parler et de voir. Elle se souvient de son père qui, à la lueur d’une bougie, leur lisait le soir des pages de la Bible. C’était en 1930, la vieille femme avait alors douze ans. Elle se rappelle la faim, qui les torturait, et le crucifix où pendait un jésus efflanqué à la tête énorme, un christ aussi difforme qu’eux, qui n’avait rien à leur dire.

Dans Les enfants de Dimmuvík, Jón Atli Jónasson raconte une histoire d’autant plus terrible que la vérité y apparaît comme un os mis à nu : il y a parfois, simplement, trop de bouches à nourrir. C’est aussi en filigrane une méditation angoissée sur la tentation d’abandonner les siens à leur misère pour sauver sa peau.


Noir sur blanc, 10 avril 2015
Tags : -

ISBN 9782882503817
Bibliographie sur les catalogues de la BNF et le VIAF
Recherchez ce livre dans la librairie la plus proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

3 critiques de la blogosphère

du 1er juillet 2016 😃

Un petit livre sans fioriture où la faim, la solitude et la tristesse sont omniprésentes.

Lire sur le blog

du 19 septembre 2015 😃😃

Ce livre au dépouillement extrême reste dans le factuel, dans la narration du souvenir, sans pleurnicherie, sans complainte, jamais, il va à l’essentiel, tout simplement car c’était ainsi, c’était la vie des enfants de Dimmuvik.

Lire sur le blog

du 19 juin 2015 😃😃😃

C’est triste et déchirant, c’est évidemment à lire d’une traite et c’est d’une beauté crépusculaire. Bref… j’ai plus qu’aimé.

Lire sur le blog