Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman
  3. > Littérature francophone

Les brasseurs de la ville /

Facebook

Les indicateurs

✓ En vue sur 8 sites
Ils aiment 😃
✓ 86 visites

Description

Les brasseurs de la ville

Port-au-Prince. Une famille négocie sa survie au jour le jour : il est maître pelle sur un chantier ; elle est repasseuse chez les messieurs célibataires du quartier, n’hésitant pas à se donner à eux car sinon « la chaudière ne monterait pas le feu ». Cinq enfants. Leur fille aînée, Babette, adolescente, est leur seul espoir : elle a son brevet, et sa beauté leur offrira un gendre riche. Sa mère la rêve en Shakira.

Un certain M. Erickson se présente un jour, bien plus âgé qu’elle, généreux pour la famille qu’il installe dans une confortable maison. Mais qui est-il réellement, cet homme mystérieux aux trois maîtresses, vivant dans le luxe, entouré de gardes du corps ? Pourquoi métamorphose-t-il Babette en blonde au point que le quartier la nomme dorénavant la Barbie d’Erickson ?

Sa mère constate, désolée : « Ma fille n’est plus ma fille ». En « putanisant » Babette, ses parents semblent s’être engagés sur une voie aux multiples périls, dont ils pressentent avec effroi qu’elle est sans retour.

Dans Les brasseurs de la ville, épopée à travers les quartiers pauvres de Port-au-Prince, chaque personnage invente ses propres pas pour danser avec sa croix. Evains Wêche signe un talentueux premier roman qui met en lumière la lutte du peuple haïtien contre la déchéance et la mort, un peuple qui brasse la ville entre les bruits et les fureurs où s’entremêlent des histoires de courage, d’amour et de folie.


Philippe Rey, 7 janvier 2016
Tags : -  -  - 
Balade littéraire à partir de : Port-au-Prince

ISBN 9782848765068
Bibliographie sur les catalogues de la BNF et le VIAF
Recherchez ce livre dans la librairie la plus proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

8 critiques de la blogosphère

du 30 novembre 2016 😃

C’est un livre qui marque et dont il me reste des traces. L’écriture mêlant les deux voix m’a parfois un peu perdue mais à la fois c’est aussi une grande force de ce roman. Il faut se laisser surprendre...

Lire sur le blog

du 23 juillet 2016 😃😃😃

Un petit chef d’œuvre qui vous laisse pantois, vous retourne et vous oblige à ne pas baisser les yeux, à rester insoumis et révolté devant ce que la vie peut offrir dans sa plus grande générosité.

Lire sur le blog

du 23 juin 2016 😃

Dans ce roman grouillant de bruits, de couleurs, d’odeurs, les hommes tentent d’esquiver à chaque instant la mort. Ils sont plus ou moins habiles à ce jeu, à cette "danse" avec la pauvreté comme partenaire.

Lire sur le blog

du 1er juin 2016 😃😃

Le style est maîtrisé, suffisamment imagé pour que le lecteur se sente emporté par la rumeur bruyante de la ville, et lise avec une émotion certaine l’histoire de cette famille aimante mais désœuvrée.

Lire sur le blog

du 26 avril 2016 😃

Un livre fort, une plongée dans la vie et les tourments du peuple haïtien bien réussie.

Lire sur le blog

du 23 avril 2016 😃

Evains Wêche sait fort bien dire les choses, les décrire. Et si besoin est, à inventer les mots qui manquent pour se rapprocher de la réalité d’Haïti.

Lire sur le blog

du 5 avril 2016 😃😃

A travers le destin de cette famille, c’est celui d’un pays abîmé et martyrisé que nous raconte Evains Wêche, et celui d’un peuple qui lutte seul pour éviter d’être englouti. C’est violent, cru mais superbement mis en scène.

Lire sur le blog

du 9 janvier 2016

Fresque du peuple haïtien mais également critique du gouvernement, des ONG et de la communauté internationale, Les brasseurs de la ville participe de la littérature naturaliste et militante...

Lire sur le blog

Vidéo recherchée automatiquement sur Youtube

Le résultat peut ne pas correspondre à la notice du livre.

4 janvier 2016 : 10 secondes pour le dire / WECHE, Les brasseurs de la ville, Éditions Philippe Rey (connectez-vous à la chaine Youtube Anne Arnaud )

10 secondes pour le dire / WECHE, Les brasseurs de la ville, Éditions Philippe Rey.