Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Polar : roman policier et noir
  3. > Littérature britannique

Les Mortes-Eaux / Andrew Mickael Hurley

< / >

Les indicateurs

Les Mortes-Eaux, de édité par Denoël le 2 mai 2016,
est apprécié par la blogosphère et en vue sur 6 sites .
Cette notice a été consultée par 71 visiteurs.

Description

Les Mortes-Eaux
Titre original : The loney
Traduit de l'anglais par Santiago Artozqui

Angleterre, années soixante-dix. Comme tous les ans au moment des vacances de Pâques, la famille Smith part en pèlerinage avec quelques membres de sa paroisse. Ils se rendent dans une vieille bâtisse sinistre en bord de mer, sous la houlette d’un prêtre, le père Wilfred. Les Smith, des gens très pieux, espèrent en venant là obtenir la guérison de leur aîné, Andrew, déficient mental. Andrew, lui, part explorer les environs du sanctuaire avec son jeune frère. Au cours de leurs escapades, ils font la connaissance des villageois, qui ne cachent pas leur hostilité à l’égard des pèlerins et semblent se livrer à d’obscures activités nocturnes, sortes de rites païens censés guérir les malades.
Andrew Michael Hurley dresse une galerie de portraits tous aussi étranges et effrayants les uns que les autres, mélangeant de sinistres autochtones et des pèlerins aussi perturbés que perturbants, et signe ici un roman obsédant et ambigu.

ISBN 9782207130674

BNF  VIAF 
Commander ce livre chez un libraire proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

6 occurrences sur le web

Fondu au noir du 8 février 2018 😃😃

Livre d’horreur ? Certainement pas. Livre de terreur ? Sans doute pas. Livre fantastique ? À peine. Mais une oeuvre en fait profonde, qui interroge nos croyances, toutes les croyances, et dont le lecteur neutre pourra, sans déplaisir, se contenter.

Lire sur le blog

Black rose for me du 24 octobre 2016 😃

La langue, d’un classicisme digne d’un roman d’Ann Radcliffe, servie par une belle traduction, s’accorde au désespoir et à la solitude des protagonistes...

Lire sur le blog

My Inner Shelf du 14 août 2016 😃😃

Hurley ne montre pas, il suggère, et la puissance d’évocation de son écriture fait toute la force de ce récit qui baigne dans une folie retenue mais bien présente du début à la fin.

Lire sur le blog

Welcome to Nebalia du 5 août 2016 😃

Cela reste une lecture appréciable – et sans doute au-dessus de la médiocrité ; peut-être même est-ce un « bon roman » ? Oui, peut-être ; probablement, même.

Lire sur le blog

Télérama du 20 juillet 2016 😃😃

Andrew Michael Hurley nous offre un modèle de récit gothique, un vaste conte atmosphérique, captivant et cruel, sur le vide et la foi, les liens du sang et ceux de la culpabilité.

Lire sur le blog

Nyctalopes du 17 juin 2016

Au moment de refermer ce livre je me suis avoué avoir pris une véritable leçon d’écriture et pris un réel plaisir en ce sens mais je concède n’être pas mué par une alacrité de lecture face au fond, au rythme, aux sujets abordés ...

Lire sur le blog