Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman
  3. > Littérature chinoise

Le dit du loriot /

Facebook

Les indicateurs

✓ En vue sur 2 sites
Ils aiment 😃
✓ 20 visites

Description

Le dit du loriot

Dans une ville du sud de la Chine, autour des années 1980, Grand-père creuse la terre pour retrouver son âme perdue, jusqu’à être interné.

Trois adolescents, Baorun, garçon balourd qui vit chichement avec Grand-père, Liu Sheng, séducteur et magouilleur, et Princesse, jolie orpheline colérique se croisent et se chamaillent tout en veillant, à leur manière, sur Grand-père. Ces trois-là ne profiteront pas bien longtemps de leurs vertes années : à l’issue d’une série de rendez-vous calamiteux, les deux garçons épris de Princesse la violentent. Dix ans plus tard Baorun leurs destins n’en finissent pas de se mêler, ravivant amours, anciennes blessures et fantômes du passé…. L’espoir et l’illusion qu’ils tentent de faire renaître pourront-ils vaincre la fatalité ? Seul un Grand-père qui a perdu la raison peut le dire.

« La mante qui attrape une cigale oublie le loriot qui la guette » dit le proverbe qui ouvre le livre. Su Tong excelle à montrer la dureté du sort de la femme, la perte des repères, l’avenir incertain de personnages ordinaires. Mais l’acuité du regard, l’humanité et l’humour de l’écrivain laissent une lueur d’espoir à cette histoire d’une jeunesse meurtrie.

Un grand roman réaliste et poétique, une histoire d’amours, par l’auteur d’Épouses et concubines.


Seuil, 1er septembre 2016
Tags : - -

ISBN 9782021286434
Notice auteur sur Wikipedia
Bibliographie sur les catalogues de la BNF et le VIAF
Recherchez ce livre dans la librairie la plus proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

2 critiques de la blogosphère

du 7 décembre 2016 😃

On préférera cette lucidité amère à la complaisance d’un Mo Yan envers l’image, subversive en apparence, d’une Chine éternelle qui attend toujours en vain la vraie révolution, celle des mœurs.

Lire sur le blog

du 28 septembre 2016 😃

Le livre étire parfois trop sa trame narrative mais séduit en grande partie par sa vivacité et son alliance de réalisme et de fantaisie.

Lire sur le blog