Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman
  3. > Littérature latino-américaine

Le directeur n’aime pas les cadavres /

Facebook

Les indicateurs

✓ En vue sur 6 sites
Appéciation : 2.83/5
✓ 215 visites

Description

Le directeur n'aime pas les cadavres

Depuis qu’il a vu la dépouille de sa mère, le Vieux, directeur d’un grand quotidien proche du parti au pouvoir, ne supporte plus la vue des cadavres. Cadavres dont son fils, par défi, est devenue la doublure au cinéma. Le Vieux est mal en point. Il a de gros ennuis avec la guerre implacable que se livrent les tueurs d’Ortega et du Colonel. Et la folie auto-destructrice de Milady, sa deuxième femme, risque de faire un cadavre de plus... Le directeur n’aime pas les cadavres appartient au « cycle mexicain » de Rafael Menjívar Ochoa, De certaines façons de mourir, dont le fil rouge est l’histoire et l’anéantissement d’une brigade spéciale de la police mexicaine. Une oeuvre qui est une réflexion sur le pouvoir, la justice, la solitude et la mort et où l’efficacité du roman noir joue à plein.


Quidam, 3 mai 2017
Tags : -

ISBN 9782374910611
Notice auteur sur Wikipedia
Bibliographie sur les catalogues de la BNF et le VIAF
Recherchez ce livre dans la librairie la plus proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

6 critiques de la blogosphère

du 31 juillet 2017

Je ne peux pas dire que je me sois ennuyé, surtout parce que c’est court, mais court cela l’est vraiment trop, dans tous les sens du terme.

Lire sur le blog

du 23 juin 2017 😃

Le style est aussi acéré que la faux de la mort !

Lire sur le blog

du 2 juin 2017 😃

Aaahh : soupir d’aise. Par quoi commencer ? L’ambiance ? L’exotisme d’une Amérique du Sud fantasmatique ? La dinguerie des relations familiales ?

Lire sur le blog

du 11 mai 2017 😃

Pas de doute, un texte aussi fort, parlant à toute la planète au travers d’une histoire locale, est l’oeuvre d’un grand écrivain.

Lire sur le blog

du 8 mai 2017 😃

Les codes pour saisir les sous-entendus politiques ou sociaux m’ont un peu manqué, je le sens (oui, le Salvador ?), mais même ainsi, c’est un roman (noir) de bon niveau.

Lire sur le blog

du 3 mai 2017 😃

Du vitriol au pays du Mezcal où le lombric est dans la démocratie !

Lire sur le blog