Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman historique
  3. > Littérature britannique

Le célibataire / Stella Gibbons < / >


Les indicateurs

Le célibataire , de édité par Héloïse d’Ormesson le 31 mars 2016,
est très apprécié par la blogosphère et en vue sur 1 site .
Tags :   -  
Cette notice a été consultée par 21 visiteurs.

Description

Le célibataire
Titre original : The bachelor
Traduit de l'anglais par Philippe Giraudon

Délicieusement british !
Angleterre, dans le comté de Herts. Seconde Guerre mondiale. Constance Fielding est horrifiée par le conflit, mais règne, satisfaite, sur la confortable demeure familiale, Sunglade. Elle y vit avec une cousine faussement effacée et son frère, Kenneth, qu’elle a condamné au célibat. Mais la guerre et le blitz l’obligent à remplir les chambres. Elle accueille, bon gré mal gré, Betty, trop belle à son goût, – amour de jeunesse de Kenneth – et Richard, son fils. Sans oublier Vartouhi, jeune réfugiée baïramienne, travailleuse et pimpante, qui devient vite indispensable à Miss Fielding et à laquelle Ken ne semble pas insensible. À moins que Betty n’emporte finalement la mise ? À cela s’ajoute les visites imprévues, notamment de Fielding père, indigne vieillard, et de Cupidon, au grand désarroi de Constance. Triomphera-t-elle de ce tourbillon d’émotions qui menace sa tranquillité ?

Stella Gibbons nous emporte dans un savoureux chassé-croisé amoureux. Son Célibataire alterne réflexions grinçantes et descriptions brillantes pour ressusciter l’Angleterre en guerre et sa bourgeoisie pétrie de certitudes qui vacillent. Divertissement ? Sans doute, mais où la romancière fait montre de son habileté, en jouant des conventions pour mieux les dénoncer.

ISBN 9782350873527

Wikipedia  BNF  VIAF 
Commander ce livre chez un libraire proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

1 occurrence sur le web

Télérama du 22 juin 2016 😃😃

Stella Gibbons se délecte à évoquer les conflits sociaux et sentimentaux. La comparaison avec Jane Austen n’est pas hasardeuse, car ses portraits caustiques de la société anglaise sont d’une perfidie exemplaire.

Lire sur le blog