Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman
  3. > Littérature latino-américaine

Le Tyran meurt au quatrième coup /

Facebook

Les indicateurs

✓ En vue sur 1 site
Appéciation : 3/5
✓ 13 visites

Description

Le Tyran meurt au quatrième coup

1926, Arepa, une île imaginaire des Caraïbes. Le président de la République, le maréchal Belaunzarán, arrive au terme de son quatrième mandat, maximum permis par la Constitution. Après avoir fait assassiner le candidat de l’opposition, il fait modifier le régime électoral et mobilise ses partisans du parti progressiste en vue de sa réélection. Les bourgeois du parti modéré croient se sauver en rappelant au pays Pepe Cussirat, un richissime jeune premier. Celui-ci tente infructueusement, et par trois fois, d’assassiner le dictateur, causant à chaque fois des désastres autour de lui. Qui parviendra à « tuer le lion » ?

Avec sa trame satirique et rocambolesque, ses scènes épiques décrites comme des plans séquences dignes d’un « Django unchained » (Tarantino), « Le Tyran meurt au quatrième coup » fait rire du pire, et démontre que si celui qui ne tente rien n’a effectivement rien, le ridicule peut tuer.


Le tripode, 16 février 2016
Tags : -

ISBN 9782370550804
Notice auteur sur Wikipedia
Bibliographie sur les catalogues de la BNF et le VIAF
Recherchez ce livre dans la librairie la plus proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

1 critique de la blogosphère

du 14 mai 2016 😃

Il y a de bons romans mineurs. De ceux qui empruntent des chemins balisés et qui ont malgré tout quelque chose à apporter, un pouvoir de séduction, une fraîcheur, un petit rien qui fait le sel d’une écriture.

Lire sur le blog

Vidéo recherchée automatiquement sur Youtube

Le résultat peut ne pas correspondre à la notice du livre.

12 janvier 2016 : Le Tyran meurt au quatrième coup, le 18 février 2016 en librairie (connectez-vous à la chaine Youtube Le-Tripode Éditions )

Le Tyran meurt au quatrième coup, roman de Jorge Ibargüengoitia traduit par François Minaudier, illustrations : Samuel Pouvereau.