Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman
  3. > Littérature nord-américaine

La veuve Basquiat / Jennifer Clement < / >


Les indicateurs

La veuve Basquiat, de édité par Christian Bourgois le 3 mars 2016,
est très apprécié par la blogosphère et en vue sur 3 sites + 1 podcast .
Tags :   -  
Lieu : New York
Cette notice a été consultée par 230 visiteurs.

Description

La veuve Basquiat
Titre original : Widow Basquiat : a memoir
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Michel Marny

New York, dans les années 1980 : une ville fascinante et un peu folle. Berceau du hip hop et de la culture underground, elle débordait d’une énergie créative inégalée qui a vu naître les créations artistiques parmi les plus significatives du XXe siècle. C’est à cette époque que Jean-Michel Basquiat – aujourd’hui l’un des peintres les plus côtés sur le marché de l’art, régulièrement exposé dans les plus grands musées du monde – est devenu un artiste d’avant-garde. Durant les dernières années de sa vie, avant sa mort à l’âge de 27 ans, il a partagé sa vie avec Suzanne Mallouk, son amante et sa muse. Tous deux s’étaient rencontrés dans un bar du Lower East Side, après que Suzanne a fui son foyer canadien. Ce fut le point de départ d’une relation agitée et passionnée, qui a profondément influencé le travail de Basquiat.

C’est de cette relation que Jennifer Clement fait le récit, du point de vue de son amie Suzanne Mallouk. « Les moments d’intimité qui se cachent derrière la figure plus vraie que nature de Jean-Michel sont rarement évoqués. On sait qu’il travaillait ardemment, souvent défoncé à l’héroïne, dans la cave de son agent, Annina Nosei – qui vendait parfois ses tableaux contre sa volonté, avant qu’il estime les avoir terminés. On sait qu’il a eu une enfance chaotique. Mais quid de ses amours, des hommes et des femmes qui se sont tenus à ses côtés, parce qu’ils l’aimaient, forcés d’assister à son autodestruction ? Pour connaître la prison dorée de Jean-Michel, la vraie rançon de sa gloire, il nous faut une histoire vraie. […] Jennifer Clement donne cet accès au lecteur. Elle fait la chronique de l’histoire d’amour entre Suzanne Mallouk et Basquiat et construit une narration nuancée que Mallouk décrit comme « inspirée de » ses propres écrits et récits. Partant des souvenirs de Mallouk, Clement nous invite à suivre l’évolution de leur relation jusqu’à la vie commune et l’instabilité de Basquiat, en prise à la paranoïa. Suivant le point de vue de Suzanne, Clement ne produit pas une hagiographie de Basquiat. Elle redonne au contraire une place que Suzanne revendique dans cette histoire, vue de l’intérieur. […] La veuve Basquiat est l’histoire d’amour complexe, racontée avec élégance, de deux êtres qui se cherchent, se rencontrent à un moment charnière de l’histoire, et embrasent tout, y compris eux-mêmes. » Rebecca Walker, NPR

Jennifer Clement est née en 1960 à Greenwich, dans le Connecticut. Elle est poète, biographe et romancière. Elle est l’auteur d’Une vraie histoire tissée de mensonges et de Prières pour celles qui furent volées. Elle occupait une place centrale de la scène artistique new-yorkaise dans les années 80 mais habite désormais à Mexico. Elle est membre du prestigieux Sistema Nacional de Creadores de Mexico. Elle a aussi créé et dirige la Semaine de la poésie de San Miguel. Elle a présidé le PEN Club de Mexico de 2009 à 2012.

ISBN 9782267029420

Wikipedia  BNF  VIAF 
Commander ce livre chez un libraire proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

4 occurrences sur le web

Un livre américain pour l’été du 5 août 2016

"La veuve Basquiat" de Jennifer Clement

Télérama du 4 mai 2016 😃😃

La Veuve Basquiat est l’histoire fascinante, répétitive et poignante d’un amour empoisonné, d’une débâcle où s’esquisse en filigrane le destin météorique et dramatique de Basquiat, l’artiste surdoué, l’enfant radieux si tôt déchu.

Lire sur le blog

Toute la culture du 8 mars 2016 😃😃

Fait de phrases incisives et percutantes, le roman de Jennifer Clement réussit le pari d’allier style et pertinence.

Lire sur le blog

Charybde 27 du 29 février 2016 😃😃

« La veuve Basquiat » nous offre une singulière étoile double, dont la terrifiante force de gravitation garde tout son pouvoir trente ans après les faits.

Lire sur le blog