Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman

La fièvre de l’aube /

Facebook

Les indicateurs

✓ En vue sur 3 sites
Appéciation : 2.67/5
✓ 12 visites

Description

La fièvre de l'aube

Une histoire d’amour improbable... et pourtant tout est vrai.
Quand Miklós, vingt-cinq ans, apprend qu’il est condamné à mourir, il prend une résolution folle : il va se marier... et guérir.
Hongrois, rescapé des camps d’extermination nazis, Miklós est, depuis la fin de la guerre, accueilli en Suède pour soigner sa tuberculose. Dans l’espoir de trouver l’épouse qui lui conviendra, il écrit à cent dix-sept jeunes Hongroises réfugiées en Suède.
Parmi les réponses qu’il reçoit, une seule lui fait battre le coeur : celle de Lili Reich. Elle a dix-huit ans et, comme lui, est rescapée des camps.
De septembre 1945 à février 1946, Miklós et Lili s’écrivent presque quotidiennement. Et de lettre en lettre, tombent amoureux l’un de l’autre.
Dès lors, avec le courage et la force de ceux qui veulent croire au bonheur pour oublier l’horreur, Lili et Miklós vont soulever des montagnes pour se rencontrer.
Cette histoire d’amour est celle des parents de l’auteur : après la mort de son mari, Lili a confié à leur fils, Péter, la liasse des lettres qu’elle avait échangées avec Miklós.
Ce roman vrai d’un amour improbable, d’un défi impossible, traduit dans trente pays, a déjà conquis les éditeurs du monde entier.


Robert Laffont, 7 avril 2016
Tags :  - 

ISBN 978222119128
Recherchez ce livre dans la librairie la plus proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

1 critique de la presse en ligne

du 16 avril 2016 😃

Le réalisateur Peter Gardos retrace l’étonnante rencontre de ses parents, rescapés des camps. Un succès international.

Lire sur le blog

2 critiques de la blogosphère

du 24 mai 2016 😃

Des échanges épistolaires, il raconte la vie dans les centres de traitement, les amitiés, la joie de recevoir enfin des nouvelles de Hongrie, les doutes et problèmes de santé de chacun, l’espoir socialiste.

Lire sur le blog

du 9 avril 2016

Ce roman en partie épistolaire est bien entendu touchant mais j’ai des petits bémols. Une écriture plus travaillée aurait permis d’éviter une forme de monotonie dans ce récit.

Lire sur le blog