Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman
  3. > Littérature irlandaise

La Marque et le vide /

Facebook

Les indicateurs

✓ En vue sur 2 sites
Appéciation : 3/5
✓ 80 visites

Description

La Marque et le vide

À Dublin, en 2008
Claude a quitté sa morne banlieue parisienne pour gagner l’eldorado européen : l’Irlande. Et plus précisément Dublin. Et plus précisément encore, la Bank of Torabundo, un de ces établissements qui a pignon sur rue en cet âge d’or du Tigre celtique.
Tous les matins, Claude et ses collègues papotent, les yeux rivés sur l’écran pour guetter les cours et les taux, boivent le café à dix heures, descendent déjeuner à midi au resto bio du coin, et le vendredi, c’est « casual day ». Pour Claude, le rêve. Et tout ceci aurait pu perdurer si deux facteurs n’avaient pas bouleversé sa vie : 1) la crise financière et 2) un écrivain raté prénommé Paul.

La crise. Certes. 2008, la bulle immobilière qui éclate en Irlande, la Grèce qui commence à sombrer.
Mais un écrivain ? Claude ne le connaît ni d’Eve ni d’Adam ! Oui mais voilà, Paul, longtemps en panne d’inspiration, a pour projet d’écrire un livre sur la vie d’un monsieur tout-le-monde, et Claude en est un parfait spécimen, insignifiant juste comme il faut, gentiment englué dans sa routine à la banque.
Incroyable, se dit Claude en découvrant ce potentiel insoupçonné ! Devenir un héros de roman ! Le début de la gloire !
Ou le début des ennuis...


Belfond, 21 avril 2016
Tags : -  - 
Balade littéraire à partir de : Dublin

ISBN 9782714471239
Recherchez ce livre dans la librairie la plus proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

2 critiques de la blogosphère

du 3 mai 2016 😃

Paul Murray décrit ce monde qui décide de nos vies en brassant des millions, des milliards. On achète, on vend, on parie sur les succès ou les échecs avec un cynisme hallucinant.

Lire sur le blog

du 24 avril 2016 😃

Le principal défaut de ce roman, c’est sans doute la volonté de Paul Murray de vouloir en dire trop : il mêle à sa satire du monde de la finance, une seconde satire sur le monde littéraire...

Lire sur le blog