Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman
  3. > Littérature latino-américaine

La Ballade du peuplier carolin / Conti Haroldo

< / >

Les indicateurs

La Ballade du peuplier carolin, de édité par La derniere goutte le 18 janvier 2018,
est très apprécié par la blogosphère et en vue sur 2 sites .
Cette notice a été consultée par 36 visiteurs.

Description

La Ballade du peuplier carolin
Titre original : La balada del álamo carolina
Traduit de l'espagnol (Argentine) par Annie Morvan

« On pense généralement que les journées d’un arbre se ressemblent toutes. Surtout s’il s’agit d’un vieil arbre. Mais non. Une journée d’un vieil arbre est une journée du monde. »Dans l’ombre bienveillante du peuplier carolin, les souvenirs affluent, les destins s’entrecroisent : l’oncle Agustín court comme un cheval fou pour essayer d’atteindre l’horizon, la belle señorita Lombardi fait tourner toutes les têtes, le señor Pelice transforme son amour en véritable feu d’artifice, Argimón rêve de voler comme un ange.Dans cette ode lumineuse à l’amitié et à la vie, Haroldo Conti livre un combat acharné contre le temps et l’oubli, et célèbre avec une délicatesse infinie la mémoire de ces êtres chers qui jamais vraiment ne disparaîtront.Haroldo Conti, dont Gabriel García Márquez a dit qu’il était l’un des plus grands écrivains argentins, est né en 1925 à Chacabuco, dans la province de Buenos Aires. Enlevé dans la nuit du 4 au 5 mai 1976 par des hommes à la solde du pouvoir dictatorial, il est porté disparu depuis cette date.

ISBN 9782918619413

Wikipedia  BNF  VIAF 
Commander ce livre chez un libraire proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

2 occurrences sur le web

La livrophage du 8 février 2018 😃😃😃

j’ai trouvé dans ce livre un grand poème avec ce peuplier carolin qui nous est conté dans le premier texte, et c’était si doux, si beau qu’au bout de quelques lignes,

Lire sur le blog

L’avis des livres du 17 janvier 2018 😃😃

La beauté qui illumine ces pages est d’autant plus foudroyante qu’elle est sans cesse menacée par la vanité et le dérisoire : toute superbe est à la fois sublime et vaincue par une mortifiante défaite, qui ne lui donne que plus de prix.

Lire sur le blog