Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman
  3. > Littérature espagnole

L’imposteur / Javier Cercas < / >


Les indicateurs

L’imposteur, - de édité par Actes sud - Lettres hispaniques (Arles) - le 2 septembre 2015,
est apprécié par la blogosphère et en vue sur 9 sites + 1 podcast + Youtube.
Sélection :
Tags :   -  
Lieu : Mauthausen
Cette notice a été consultée par 304 visiteurs.

Description

L'imposteur
Titre original : El impostor
Traduit de l'espagnol par Élisabeth Beyer et Aleksandar Grujičić

Icône nationale antifranquiste, symbole de l’anarcho-syndicalisme, emblème de la puissante association des parents d’élèves de Catalogne, président charismatique de l’Amicale de Mauthausen, qui pendant des décennies a porté la parole des survivants espagnols de l’Holocauste, Enric Marco s’est forgé l’image du valeureux combattant de toutes les guerres justes. En juin 2005, un jeune historien met au jour l’incroyable imposture : tel un nouvel Alonso Quijano, qui à cinquante ans réinvente sa vie pour devenir Don Quichotte, Enric Marco a bâti le plus stupéfiant des châteaux de cartes ; l’homme n’a jamais, en vérité, quitté la cohorte des résignés, prêts à tous les accommodements pour seulement survivre. L’Espagne d’affronter sa plus grande imposture, et Javier Cercas sa plus audacieuse création littéraire.

L’Imposteur est en effet une remarquable réflexion sur le héros, sur l’histoire récente de l’Espagne et son amnésie collective, sur le business de la “mémoire historique”, sur le mensonge (forcément répréhensible, parfois nécessaire, voire salutaire ?), sur la fonction de la littérature et son inhérent narcissisme, sur la fiction qui sauve et la réalité qui tue.
Si, à l’instar de Flaubert, Javier Cercas clame “Enric Marco, c’est moi !”, le tour de force de ce roman sans fiction saturé de fiction est de confondre un lecteur enferré dans ses propres paradoxes. Qui n’est pas Enric Marco, oscillant entre vérités et mensonges pour accepter les affres de la vie réelle ? À un degré certes moins flamboyant que celui de ce grand imposteur, chacun ne s’efforce-t-il pas de façonner sa légende personnelle ?

ISBN 9782330053079

Wikipedia  BNF  VIAF 
Commander ce livre chez un libraire proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

10 occurrences sur le web

Tête de lecture du 31 octobre 2015

Le lecteur de L’Imposteur est au final dans une situation bien délicate, partagé entre l’admiration pour l’ampleur de l’imposture et la révolte face au mensonge et à la manipulation cynique.

Lire sur le blog

Libération du 16 octobre 2015

L’Imposteur est une enquête sur la vie de Marco, une réflexion sur l’Espagne et sa mémoire historique, mais aussi la confession d’un auteur sur le livre qu’il est en train d’écrire, sur les rapports difficiles entre réalité et fiction...

Lire sur le blog

La Croix du 1er octobre 2015 😃😃

Construit en spirale, avec des retours obsessionnels, ce livre vertigineux est rythmé par un leitmotiv : « La réalité tue, la fiction sauve. »

Lire sur le blog

La république des livres du 28 septembre 2015 😃😃😃

A travers l’affaire Marco minutieusement démontée et remontée par tous les moyens de l’enquête, il nous livre en filigrane de cette « vie de mensonge », en sus d’un récit prenant, une réflexion de haute tenue sur l’instrumentalisation de « ladite mémoire historique »...

Lire sur le blog

Le temps des écrivains du 26 septembre 2015

Emission spéciale Javier Cercas

La bibliothèque de Delphine-Olympe du 24 septembre 2015 😃

Un livre brillant, exigeant, parfois déconcertant, et vraiment intéressant.

Lire sur le blog

Cinéphile m\’était conté ... du 15 septembre 2015 😃😃😃

C’est tout simplement stupéfiant et passionnant de bout en bout.

Lire sur le blog

Télérama du 2 septembre 2015 😃😃😃

Hanté par le réel, le romancier espagnol démonte l’improbable mystification d’une victime supposée de la déportation nazie. Une fresque renversante.

Lire sur le blog

L’Express avec Lire du 30 août 2015

Pour expliquer la supercherie, Cercas explore mille pistes. Il convoque aussi le plus grand nom de la littérature nationale. Comme Don Quichotte, Marco n’a pas supporté sa vie ordinaire.

Lire sur le blog

Charybde 27 du 11 août 2015 😃

Menant tout au long de son récit une charge à la fois violente et subtile contre l’ « industrie de la mémoire », Javier Cercas confie pourtant le leitmotiv réel de l’ouvrage, son fil conducteur répété comme un refrain et un guide dans le brouillard, au William Faulkner de « Requiem pour une nonne » : « Le passé ne meurt jamais. Il n’est même pas le passé. »

Lire sur le blog

Vidéo recherchée automatiquement sur Youtube

Le résultat peut ne pas correspondre à la notice du livre.

10 mai 2016 : Arrelats - Javier Cercas - TV3 (connectez-vous à la chaine Youtube TV3 )

Què hauria passat si l'escriptor extremeny no hagués marxat amb la seva família d'un poblet tan petit com Ibahernando? L'autor, un dels que ven més llibres en ...

Vidéo recherchée automatiquement sur Youtube

Le résultat peut ne pas correspondre à la notice du livre.

13 octobre 2015 : Javier Cercas - L'imposteur (connectez-vous à la chaine Youtube librairie mollat )

A l'occasion des Correspondances de Manosque 2015, Javier Cercas vous présente son ouvrage "L'imposteur" aux éditions Actes Sud. Traduit de l'espagnol ...

Achetez vos livres sur le site de la librairie Mollat !