Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Science-fiction
  3. > Littérature francophone

L’Europe après la pluie /

Facebook

Les indicateurs

✓ En vue sur 1 site
Appéciation : 4/5
✓ 25 visites

Description

L'Europe après la pluie

À travers les trois romans parus de 1976 à 1983 qui composent L’Europe après la pluie, Philippe Curval imagine avant la lettre une Union européenne sans étrangers, aux frontières infranchissables…

Dans Cette chère humanité, au début du XXIe siècle, l’Europe occidentale s’est brutalement repliée sur elle-même pour former le « Marcom », communauté autarcique de treize États qui, après avoir chassé tous les étrangers de son territoire, s’est entourée d’impénétrables barrières. Figé économiquement, le Marcom l’est aussi socialement, moralement, esthétiquement.
Dans leur confortable enfer climatisé, seuls les privilégiés peuvent s’offrir un ersatz d’éternité : des cabines à ralentir le temps. Restent quelques marginaux, et surtout Belgacen Attia, l’espion qui vient du chaud — les anciens pays en voie de développement qui forment désormais une union civilisée — pour s’opposer au conditionnement qui coupe l’homme des puissances de l’instinct et des ressources infinies de l’imaginaire.
Un livre intelligent, qui pose les vraies questions, avec la violence qui convient. De cette bataille d’idées un autre aurait écrit un conte philosophique ; Philippe Curval en fait un grand roman d’aventures. Roman touffu dans lequel on rencontre des créatures végétales, des adorateurs de la pollution, des « montreurs de rêves » qui matérialisent les paysages mentaux des individus. Une œuvre prophétique qui fourmille de grands délires. Certainement l’un des romans les plus visionnaires de l’histoire de la science-fiction française.

Par son sujet, Le dormeur s’éveillera-t-il ? prend abruptement le contre-pied des thèses écologistes qui font aujourd’hui florès.
Le monde du Dormeur – l’Europe en pleine désagrégation – n’est qu’un vaste bouillon de culture : de l’écologie au fascisme, en passant par les dangers de l’énergie spatiale solaire et les bienfaits du nucléaire pour créer des véhicules explosifs.
Philippe Curval, on n’en doute plus, a le sens de l’humour grinçant… Un humour qui se retourne contre le lecteur. Un livre présage, existentialiste, anarchisant.

En souvenir du futur, débordant de notations exotiques et de postulats poétiques dont la science pourrait faire son profit, renouvelle de façon excitante et ambiguë le thème du voyage dans le temps. Le Centre de gestion temporelle envoie ses agents à travers le temps afin de réguler la marche des événements et de gommer tout risque de voir se concrétiser le Marcom. Pour ces voyages, délaissant la machine ou la chimie, Philippe Curval a choisi une troisième force : la passion. Grâce au voyage analogique, Georges Quillan est à même de s’ancrer dans différentes époques et ses étapes sont autant de femmes qu’il a connues : Inglès, Jickie, Véra, Aziza et Nancy.
Sera-t-il susceptible d‘influencer le futur proche ? Pourra-t-il éviter la fin du monde que certains ont cru apercevoir ? Son héros court, en quelque sorte, à la recherche d’un avenir perdu, et sa quête a un parfum prononcé d’angoisse.


La Volte, 8 avril 2016
Tags : -

ISBN 9782370490186
Notice auteur sur Wikipedia
Bibliographie sur les catalogues de la BNF et le VIAF
Recherchez ce livre dans la librairie la plus proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

1 critique de la presse en ligne

du 25 mai 2016 😃😃

On sent que la science-fiction frappe juste quand elle est rattrapée par le présent.

Lire sur le blog

Vidéo recherchée automatiquement sur Youtube

Le résultat peut ne pas correspondre à la notice du livre.

14 juin 2016 : Imaginales 2016 interview Philippe Curval (connectez-vous à la chaine Youtube wwwactusfcom )

Une Interview de Philippe Curval aux Imaginales 2016 pour la sortie de L'Europe après le pluie aux éditions de La Volte.