Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman
  3. > Littérature nord-américaine

Goodbye, Loretta / Shawn Vestal < / >


Les indicateurs

Goodbye, Loretta, de édité par Albin Michel le 28 mars 2018,
est apprécié par la blogosphère et en vue sur 3 sites .
Cette notice a été consultée par 62 visiteurs.

Description

Goodbye, Loretta
Titre original : Daredevils

Short Creek, Arizona, 1974. Loretta, quinze ans, vit au sein d’une communauté de mormons fondamentalistes et polygames. Le jour, elle se plie à l’austérité des siens, la nuit, elle fait le mur et retrouve son petit ami. Pour mettre un terme à ses escapades nocturnes, ses parents la marient de force à Dean Harder, qui a trente ans de plus qu’elle, une première femme et déjà sept enfants...Loretta se glisse tant bien que mal dans son rôle d’ « épouse-soeur », mais continue à rêver d’une autre vie, qu’elle ne connaît qu’à travers les magazines. La chance se présente finalement sous les traits de Jason, le neveu de Dean, fan de Led Zeppelin et du Seigneur des anneaux, qui voue un culte au cascadeur Evel Kneievel. C’est le début d’une aventure mémorable aux allures de road trip vers la liberté qui va vite se heurter à la réalité...Un superbe roman, profond et drôle à la fois, qui nous plonge au coeur de la mythologie de l’Ouest américain, tant sacrée que profane.

ISBN 9782226326058

BNF 
Commander ce livre chez un libraire proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

3 occurrences sur le web

Fragments de lecture du 4 mai 2018 😃😃

Le chapitrage court et choral permet de mêler les points de vue. En mêlant l’humour à un sujet sensible, Goodbye Loretta est une merveilleuse surprise littéraire qu’on lit avec délectation.

Lire sur le blog

Tu vas t’abimer les yeux du 27 avril 2018 😃

« Goodbye Loretta » de Shawn Vestal est un roman original, qui a du charme. Une plongée intéressante dans l’univers mormon et un auteur dont je suivrai les futures publications !

Lire sur le blog

La livrophage du 8 avril 2018 😃😃

Au final, j’ai vraiment beaucoup aimé ce roman, j’en ai apprécié le ton qui même sur le pire prend de la distance, j’en ai aimé l’ironie un peu désabusée sur cette Amérique qui oscille entre puritanisme et goût du clinquant.

Lire sur le blog