Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Polar : roman policier et noir
  3. > Littérature nord-américaine

Duel de faussaires /

Facebook

Les indicateurs

✓ En vue sur 4 sites
Appéciation : 3.5/5
✓ 68 visites

Description

Duel de faussaires

Cela commence brutalement : « On ne retrouva jamais ses mains. »

Adam Diehl, collectionneur de livres rares, a été agressé et mutilé dans sa maison de bord de plage à Long Island. Il mourra des suites de ses blessures sans avoir repris connaissance.

On est en droit de se demander : pourquoi les mains ?

Le narrateur, son ami et beau-frère, est conscient du symbole : faussaire de grand talent, il s’est fait pincer il y a quelques mois. Les mains, c’est tout pour qui veut imiter à la perfection l’écriture de William Faulkner. Ou reconstituer à partir de quelques faits avérés une correspondance de Conan Doyle inexistante…

Lorsque entre en scène un autre collectionneur, auteur de lettres de menaces signées « Henry James », c’est la panique dans le foyer douillet de notre narrateur.

Le maître chanteur serait-il le meurtrier ? Que veut-il au juste ? Comment le confondre sans devoir avouer certaines choses ?

Un duel démoniaque et subtil s’engage entre les deux hommes sur leur terrain favori : le milieu très fermé de la bibliophilie.

Bradford Morrow, 65 ans, a fait ses études à l’Université du Colorado à Boulder. Auteur de six romans, sélectionné pour le PEN/Faulkner Award et lauréat du O’Henry Prize, il enseigne la littérature à Bard College et a fondé la revue Conjunctions. Il vit à New York.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Philippe Loubat-Delranc


Seuil, 12 janvier 2017
Tags : -
Balade littéraire à partir de : Lake Ronkonkoma

ISBN 9782021242997
Recherchez ce livre dans la librairie la plus proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

4 critiques de la blogosphère

du 8 février 2017 😃😃

Le style de l’auteur reste toujours énigmatique, n’en disant que le minimum, nous plongeant dans la psychologie du personnage principal avec ce que cela comporte de zones d’ombre.

Lire sur le blog

du 23 janvier 2017 😞

Donc raté, j’attendais un roman vif et pétillant, je l’ai trouvé lourd et ennuyeux, long même alors que pourtant j’ai sauté des passages entiers.

Lire sur le blog

du 18 janvier 2017 😃😃😃

Je parie ma collection presque complète de la revue « Fiction » contre une touffe de cheveux du futur président amerloque que ce bouquin va connaître un beau succès.

Lire sur le blog

du 12 janvier 2017 😃😃

Il faut se montrer prudent sur les comparaisons, mais l’écriture stylée de Bradford Morrow se rapproche de celle de Thomas H.Cook. C’est dire qu’il s’agit là d’un roman absolument séduisant.

Lire sur le blog