Bibliosurf II, webographie littéraire

  1. Accueil
  2. > Roman
  3. > Littérature nord-américaine

Dans la tête d’Andrew / E. L. Doctorow

< / >

Les indicateurs

Dans la tête d’Andrew, de édité par Actes sud - Lettres anglo-américaines (Arles) - le 2 novembre 2016,
est très apprécié par la blogosphère et en vue sur 2 sites + Youtube.
Cette notice a été consultée par 58 visiteurs.

Description

Dans la tête d'Andrew
Titre original : Andrew's brain
Traduit de l'américain par Anne Rabinovitch

Dans ce qu’on imagine être le cabinet d’un psychanalyste, un homme évoque l’un de ses amis, un chercheur en sciences cognitives répondant au prénom d’Andrew, qui n’est autre que… lui-même. Victime d’un délitement mental peut-être lié aux recherches requises par sa discipline, Andrew s’est convaincu que le cerveau n’était qu’une machine à mentir et à feindre qui fait de lui un prisonnier à vie. Imperméable à la culpabilité, au chagrin comme au bonheur, il est persuadé que chacun de ses actes nuit aux êtres qu’il aime, qu’un désastre va se produire quoi qu’il fasse, alors que lui-même sort indemne de toutes les épreuves de la vie. Tandis que l’étrange narrateur se confesse, le lecteur s’interroge : ledit Andrew a-t-il bien, lorsqu’il était enfant, provoqué un accident de voiture ? A-t-il, de fait, empoisonné par mégarde son propre bébé ? Une femme a-t-elle vraiment disparu à cause de lui un certain 9 septembre ? A-t-il pour de bon bu des cocktails avec des nains ? Et est-il exact que le président ait été son camarade de chambre pendant ses études à Yale ?
Véritable tempête sous un crâne, ce texte survolté, pétri de malice virtuose et de clins d’oeil littéraires et cinématographiques convoquant aussi bien Mark Twain et Lewis Carroll que Le Magicien d’Oz ou L’Ange bleu, ouvre des mondes vertigineux. C’est le roman d’une Amérique pieds et poings liés à l’inconscient collectif et à son imaginaire artistique, le point d’orgue d’une oeuvre magistrale en forme d’invitation réitérée à voyager sans entraves au pays des expériences-limites.

ISBN 9782330069100

Wikipedia  BNF  VIAF 
Commander ce livre chez un libraire proche de chez vous via Place des libraires ou leslibraires.fr

2 occurrences sur le web

Un dernier livre avant la fin du monde du 13 novembre 2016 😃😃😃

C’est Blanchot, c’est Beckett, c’est Rilke qui sont intrinsèquement convoqués par Andrew, ce personnage aux formes multiples, tantôt lâche, tantôt manipulateur, tantôt drôle, tantôt dépressif...

Lire sur le blog

Télérama du 2 novembre 2016 😃😃

Auteur de chefs-d’oeuvre historiques très maîtrisés, comme Ragtime ou La Marche, E.L. Doctorow a sans doute signé là son oeuvre la plus foutraque, la plus débridée, la plus libre.

Lire sur le blog

Vidéo recherchée automatiquement sur Youtube

Le résultat peut ne pas correspondre à la notice du livre.

23 juillet 2012 : Edgar L. Doctorow : La machine d'eau de Manhattan (connectez-vous à la chaine Youtube Ina Culture )

15 octobre 1996 Dans une bibliothèque Olivier BARROT présente le livre de Edgar L. DOCTOROW (connu sous le nom de E. L. DOCTOROW): "La machine d'eau de Manhattan": une vision fantasmagorique...

Vidéo recherchée automatiquement sur Youtube

Le résultat peut ne pas correspondre à la notice du livre.

22 juillet 2015 : Interpellation musclée au Texas : la conductrice meurt en prison (connectez-vous à la chaine Youtube euronews (en français) )

La police texane vient de diffuser une vidéo accablante : celle de l'arrestation d'une jeune femme noire, qui va décéder trois jours plus tard en prison. Le 10 juillet dernier la caméra...