kézako Bibliosurf
Bibliosurf
  1. Accueil
  2. > Genres et pays
  3. > Littératures nord-américaines
  4. > Littérature américaine

Celles qui ne meurent pas

que disent les 4 avis scannés sur le web de l’ essai de Anne Boyer traduit par Céline Leroy  ?

Cathulu : On sort de ce roman éprouvant un peu hagard, physiquement mal à l’aise, mais conscient d’avoir lu un texte exceptionnel .
Page créée le 11/03/2022 - mise à jour le 22/03/2022 à 10:09

Tableau de bord




le fil du web



4ème de couv

Anne Boyer vient d’avoir 41 ans lorsqu’on lui diagnostique un cancer du sein. Poétesse, mère d’une jeune fille de 14 ans, elle doit suivre une chimiothérapie extrêmement lourde et subir une double mammectomie.
Mais plus que le témoignage poignant d’une femme face à la maladie, Celles qui ne meurent pas est un véritable cheminement littéraire, philosophique et politique qui prend racine dans l’Antiquité avec Aelius Aristide, sophiste grec hypocondriaque, et se prolonge avec une réflexion sur la douleur et les traitements médicaux. Puis, au fil des pages, nous plongeons avec Anne Boyer dans la folie de l’information immédiate et quasi-infinie produite par notre monde ultra-connecté, ainsi que dans les affres d’une société capitaliste qui a envahi les systèmes de santé et rationalise à outrance l’intimité des malades. Un modèle qui nourrit toujours plus les inégalités liées au genre, à la couleur de peau, et aux origines sociales.
Celles qui ne meurent pas est le récit d’un esprit cultivé, délicat, confronté à l’épuisement du corps. Il s’agit d’un ouvrage inclassable - entre parcours intime, critique littéraire, pamphlet et échappée poétique - déjà considéré comme un classique de la littérature sur la maladie, au même titre que les oeuvres de Susan Sontag ou de Joan Didion. Celles qui ne meurent pas a été récompensé par le très prestigieux Prix Pulitzer.

ISBN 9782246827672

recherches associées


Carrousel